¡ Que le vayan bien !

Nous nous réveillons donc une dernière fois sous le ciel de Vicuña avec Pierre à nos côté ce matin là. Nous allons tous en direction de Pan de Azucar, un parc national situé au bord du pacifique que l´on dit absolument magnifique. La route est longue jusque là, il nous faudra d´abord rejoindre La Serena puis Copiapo au nord avant de longer la cote jusque Caldera et enfin Chañaral d´où il ne nous restera qu´une vingtaine de kilomètre pour rejoindre la « terre promise » soit près de 600 km en tout. Et c´est un trajet absolument incoroyable qui nous attend mais à cette heure là nous ne savons pas encore… nous sommes juste 3 « mochilleros » qui enfourchent leur sac à dos et se dirige vers la route pour lever le pouce une nouvelle fois, espérant arriver à destination…Nous montons à l´arrêt de bus, Pierre lève tout juste le pouce qu´une voiture s´arrête… Vous en prenez combien ? Ben tous les trois ! Direction La Serena, ça c´est fait. Le chauffeur et sa femme sont fort sympathiques et nous amènent à la sortie de la ville. « ¡ Que le vayan bien ! » nous lancent-ils. « Orala » pensons nous. Il est 11h, un petit ravitaillement s´impose car il fait bientôt faim et un loulou de 18 ans ben ça mange bien ! Donc direction le Lider puis nous marchons pour sortir de la ville et trouver un bon lieu pour le pouce. Nous voudrions atteindre la Copec, la station service à la sortie de la ville mais elle semble loin… et bien c´est une gentille camionette bleue qui va nous y aider ! Il fait même un bout de chemin en plus pour nous y déposer.

Lorsque la camionette se gare, au même moment un camion se stationne devant nous… l´un de nous lance « Ah ben voilà parfait ! » comme si ça pouvait être si facile… Pierre va voir le Chauffeur… et bien oui ! Il nous emmène à Copiapo mais il doit s´arrêter déjeuner en route. Pas de soucis, c´est parti pour Copiapo. »Vous avez de quoi déjeuner ? » nous demande-t-il en route. « Oui oui, on va faire des sandwichs ». Il prend un air de dire « c´est de la merde ça » et nous dit fièrement « je vous invite à déjeuner ! ». Ici, au Chili, on ne refuse pas une invitation, alors… vamos ! Nous déjeunons donc avec Eduardo, notre chauffeur dans une posada, un restaurant où s´arrêtent les  routiers : c´est bon, c´est pas cher et la quantité est énooooorme… un peu trop pour Poupette d´ailleurs, car avec son demi poulet accompagné d´un bon 500g de riz… c´est bon mais c´est lourd ! Chou test le chevreau, excellent ! Nous terminons donc la route repus jusqu´à Copiapo.

A Copiapo… il est 18h lorsque nous arrivons. Nous allons profitez de notre chance pour pousser jusque Caldera 60 km plus loin et dormir face à la mer quand même ! Nous attendons 15 minutes à peine et c´est chose faite ! C´est parti pour Caldera. Notre jeune ami aimerait pousser encore mais bon il faut savoir s´arrêter et profiter d´un endroit agréable pour passer la nuit. Ce sera coucher de soleil sur la plage accompagné d´une petite bière évidemment. La plage est surmontée d un amphithéâtre en béton, nous nous improvisons donc des lits superposés et ne montons pas les tentes sous l´oeil amusé des habitants. Nous avons 8 nouveaux amis à quatres pattes qui veilleront sur nous toute la nuit 🙂 si quelqu´un s´approche de notre campement, le système d´alarme est infaillible !

Le lendemain matin, nous nous levons tôt en même temps que le soleil. Nous avons bien dormi. Il ne nous reste que 130 km à faire alors nous sommes sereins. Espérons que la chance sera avec nous aujourd´hui encore. Nous traversons donc le village escortés par nos compagnons… on a vraiment l´air encore plus de vagabons comme ça ! Ils nous accompagnent jusqu´à la Panamericana !

Nous attendons tout de même plus d´une bonne heure avant qu´un camion ne nous claxone pour nous prendre. A 13h nous sommes à Chañaral. Nous nous installons sur le sol de la station service pour nous préparer des completos maison. Nous ne savosn pas trop comment nous allons rejoindre Pan de Azucar… on verra après. Un taxi nous alpague alors que nous mangeons:

« Normalement c´est 12000 mais pour vous je le fait à 10000. »

« No gracias. »

« 9000 dernier prix. »

« No gracias mais pour 7500 peut-être. »

« Ok pour 7500 mais on y va tout de suite. »

Nous partons donc, un peu à l´arrache avec ce monsieur qui en fait aurait accepter même 5000 car de toutes façons il devait y aller pour prendre des gens ! Message pour tous les voyageurs : il y a des véhicules, allez-y en stop et n´engraissez pas les taxis qui se font bien plaisir sur les prix !.

30km plus loin, nous arrivons enfin à Pan de Azucar…

Publicités
Catégories : Amérique du sud, Chili, Destinations | Poster un commentaire

Navigation des articles

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :