Un jour sur terre à Chacocente…

alaunechacocenteSi vous aimer le luxe ou même juste le confort alors passez votre chemin… en revanche si vous aimez l´aventure, vous retrouvez perdus au milieu de nulle part et vivre des moments uniques, alors bienvenue au « Refugio de vida sylvestre de Chacocente ». Une étape extraordinaire de notre voyage… un mélange entre « Pékin express » et « Kho Lanta »… rien que de s´y rendre est une aventure. Chacocente est l´une des deux plages où se produisent des arrivées massives de tortues de mer au Nicaragua, jusqu´à 20.000 tortues sur trois jours ! Nous ratons la dernière arrivée de très peu mais ce que nous allons voir va combler toutes nos espérances… Ca se passe un jour sur terre à Chacocente…

Le trajet… d´accord c´est le chemin qui fait le voyage, mais là, tout de même…

Samedi matin, 5h30, le réveil sonne. Au Nicaragua, si tu veux voyager loin (100km) et envisager d´arriver le jour même alors tu dois te lever tôt ! Il nous faut prendre un bus pour Rivas, mais aujourd´hui, c´est toujours férié… alors le bus de 7h30 partira finalement à 8h. Nous arrivons au terminal de bus de Rivas… l´enfer commence… Il nous faut prendre un bus pour El Astillero. Aujourd´hui c´est un jour férié donc normalement il y en a un à 10h mais peut-être qu´il ne viendra pas. Sinon peut-être qu´il y a un bus pour Salinas, à 7km de El Astillero, qui peut-être viendra à 11h ou 11h30 ou peut-être à 15h et si il n´est pas passé à 15h il ne viendra pas… L´assaut des chauffeurs de taxi est pire que jamais… pendant deux longues heures… chaque 5 minutes… la même question… « A donde viajan ?» (où voyagez vous ?), une réponse fini par nous venir rapidement à l´esprit…  😉 TDC ! Nous luttons, nous luttons…. Et espérons que ce foutu bus va venir nous délivrer ! Et bien oui, voilà, il l´a fait ! Il a franchi l´entrée du terminal de bus et nous sommes montés nous réfugier dans ce magnifique chicken bus J Nous sommes épuisés.

Le trajet termine de nous achever… 35 degrès dans le bus… pendant les deux heures trente (60km) de trajet nous somnolons à moitié. Nous finissons enfin par arriver à Salinas. Il est 13h00 et nous sommes exactement à 12km du refuge de Chacocente. La chaleur est accablante. Envisager de marcher ? même pas en rêve ! Il parait qu´un mini bus passera vers 16h en direction de El Astillero. De là il nous restera 5km de marche à faire. Nous décidons de faire du stop pour voir si nous pouvons arriver avant la nuit ! Des locaux se joignent à nous, une famille doit se rendre à El Astillero voir un ami et rentrer demain à la capitale pour travailler. Le petit monsieur est un peu tressé… Nous attendons une petite heure, beaucoup de véhicules passent et peu s´arrêtent. Et finalement, une camionnette passe, coup de frein, elle recule et nous dit « vamos ! ». Nous embarquons tous ensemble et arrivons rapidement à bon port. Aller, plus que 5km et on aura gagné l´étape ! Pour rejoindre le centre de Chacocente, il faut longer la plage durant environs 5km, mais pour cela il faut attendre la marée descendante pour pouvoir passer la première falaise ! Il est 15h et bien sûr la marée est haute… C´est pas grave, le temps d´arriver au bout, elle va bien redescendre un peu.

La marche est pénible. Pas de vent… un soleil bas et puissant… nous perdons des litres et des litres d´eau. Le passage de la falaise se fait les pieds dans l´eau… ça glisse, les pierres bascules, mais nous finissons par passer.

Encore trois kilomètres… c´est interminable. Le vent fini tout de même par se lever pour nous aider un peu puis nous arrivons, ENFIN, sur la plage de Chacocente. Nous sommes accueilli par Ariel, qui travaille pour MARENA, une organisation environnementale, et un militaire. La plage est sous haute surveillance car les œufs de tortues se vendent chers et les vols ne sont pas rares… Ils nous annoncent qu´au centre, contrairement à l´information que nous avions, il n´y a pas d´eau courante ni de nourriture… si nous voulons rester il nous faudra retourner demain à El Astillero faire le plein. Il nous loue pour quelques cordobas, une superbe cabane. Bon d´accord, la douche ne fonctionne pas, la chasse d´eau non plus, les moustiquaires ont dues se prendre des balles, il n´y a pas de draps, le ménage n´a quasiment jamais été fait mais la cabane est réellement super jolie.

Et puis… nous sommes accueillis par les employés de MARENA qui nous présentent un seau rempli de… bébés tortues !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Nous avons ratés la dernière grande arrivée qui a eu lieu le week-end précédent mais en revanche, nous arrivons pour les naissances J

Trois jours de rêve… ou plutôt trois nuits de rêve…

Chaque nuit, des centaines de petites tortues sortent de leur nid pour rejoindre la mer, elles doivent parcourir une large distance, affronter les crabes et les oiseaux pilotes qui chassent au levé du soleil. C´est pourquoi les employés de MARENA collectent les petits retardataires du matin pour les mettre à l´eau le soir et éviter qu´ils ne se fassent dévorer. Nous partons donc immédiatement avec eux pour assister à la libération des petits… ce moment est irréel. Devant un magnifique couché de soleil, nous regardons ces minuscules petites bêtes adorables courir vers les immenses vagues du grand océan.

Nous restons jusqu´à ce que la dernière soit partie puis nous partons rejoindre les gars pour voir si d´autres nids s´ouvrent… là encore c´est incroyable. Nous regardons sortir une petite centaine de bébés tortues de leur nid. Nous avons vraiment de la chance d´être ici. Epuisés nous rentrons nous coucher dans notre super cabane, des images incroyables plein la tête.

Deuxième jour, il nous faut de l´eau et des provisions… nous partons donc en mission à El Astillero… 5km aller et 7km au retour car nous passerons par la route avec notre chargement. Nous assistons à un match de baseball. Ici, curieusement, c´est le sport national J. Nous nous remettons en route chargés comme des mulets avec nos trois galons d´eau, du riz, des haricots rouges et des œufs (on ne trouve pas grand-chose d´autre ici). Les sept kilomètres sont interminables… nous buvons des litres d´eau… mais finissons, enfin par arriver. Ce soir nous repartons en « opération tortuguitos » et allons essayer de voir quelques adultes si c´est possible !

Nous partons sur la plage vers 20h30 et scrutons le sable à la recherche de nos petites bêtes préférées… il y beaucoup de crabes. La nuit est noire, ce soir c´est la nouvelle lune. Nous nous postons à un des points stratégiques et attendons. Tout à coup chou sent quelque chose lui monter sur le pied… une petite tortue ! Nous courons l´aider à se mettre à l´eau (il ne faut pas la mettre directement dans l´eau mais à 3 mètres seulement car il faut qu´elle fasse sa trace) puis nous allons voir si nous trouvons le nid. Rien, il semblerait qu´elle soit sortie seule. Cette nuit là est assez déprimante… nous sauvons quelques tortues des griffes des crabes, l´une s’est fait couper la patte mais semble pleine d´énergie… l´autre ne bouge presque plus… Nous savons qu´elles ne peuvent pas toutes être sauvées mais c´est dur de l´accepter. Nous attendons jusqu´à 23h mais aucun adulte ne sort ce soir. Nous retenterons demain.

Troisième jour… la pluie !!!!! Merci !!!!! Tout le monde s´affaire à mettre tous les seaux disponibles et les récupérateurs d´eau de pluie sous les gouttières. C´est jour de fête. Nous prenons une bonne douche, nous en apprécions chaque goutte. Aujourd´hui c´est journée sieste car nous avons prévu de nous lever à 1h du matin pour faire une nouvelle tentative et voir des adultes venir pondre. Il parait qu´elles sortent plus entre 1h et 4h. Hier seules deux sont venues, nous n´avons donc pas raté grand-chose.

00h30, le réveil sonne… c´est dur de se lever. Nous nous préparons à partir lorsqu´une forte pluie commence à tomber… nooonnnn !!!! Le sentier jusqu´à la plage est impraticable lorsqu´il pleut. Nous retournons nous coucher, tant pis. 1h30… c´est trop bête… on ne va pas rater ça à cause de la pluie… nous nous motivons, enfilons nos vestes et c´est parti. Il ne tombe plus que quelques gouttes. Nous arpentons la plage… dans un état un peu second… comme des zombis… pas de tortues en vue. Nous marchons, nous marchons, nous marchons… quand soudain… STOOOOPPP !!! Nous manquons de piétiner tout un petit troupeau de bébés tortues en route pour la mer ! Il y en a une qui a eu chaud à la carapace.

Nous les guidons jusqu´à l´eau, elles adorent suivre la lumière de la frontale, nous surveillons les crabes pour qu´ils ne les attaquent pas et regardons tout ce petit monde partir à l´eau. Encore un moment magique. Elles sont trop mignonnes lorsqu´elles courent avec leurs petites pattes agiles. Elles adorent venir grimper sur les pieds de Poupette.

Voilà… Chacocente c´est fini, nous pourrions rester plus longtemps mais il nous faut poursuivre notre route… en direction de l´île d´Ometepe. Nous quittons donc ce superbe lieu qui a étanché notre soif d´aventure et nous a fait vivre des moments inoubliables.

Quelques infos:

Bus San Juan del Sur – Rivas : 1h – 20 Cordobas

Bus Rivas – Salinas : 2h30 – 30 Cordobas

Bus Rivas – El Astillero : 3h – 43 Cordobas

Entrée parc Chacocente : 100 Cordobas

Cabane : 100 Cordobas pp

Publicités
Catégories : Amerique centrale, Bon plans, Destinations, Nicaragua | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Un jour sur terre à Chacocente…

  1. j adoreeee
    au mexique avec emma et steve ous avons un peu vécu la même chose, c’est toujours magique…
    bisous les amis

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :