Pantanos de Centla, mangrove et crocrodiles…

La réserve biosphérique des Pantanos de Centla s´étend sur environ 134 Hectares… un petit air de famille avec le célèbre Pantanal Brésilien avec sa mangrove à perte de vue, ses étendues d´eau, ses rios, sa faune et sa flore exubérante. Elle est considérée comme l´une des zones humides les plus importantes du monde en raison de la variété de son écosystème. Un vrai paradis pour les ornithologues avec pas moins de 125 espèces d´oiseaux différents. On y croise aussi tortues, iguanes géants et bien sûr… des crocrodiles.

Après avoir quitté Campèche, notre passage par Ciudad del Carmen est un échec total… cette ville est juste horrible et sans aucun intérêt autre que ses puits de pétrole. L´hébergement y est cher et vraiment médiocre, les gens pas vraiment avenants, les rues sont sales. Nous en faisons le tour en bus et finissons par nous diriger vers Playa Norte où se trouvent les plages… pire encore que le centre ville. Quelques gros hôtels bétonnés en front de mer, une station de bus ADO et un ou deux petits hôtels miteux dans la rue principale. La plage n´est pas belle et il semble qu´il n´y ai aucune vie. Nous sommes contraints de passer la nuit ici. Nous partons en quête d´une bière pour décompresser, nous trouvons un supermarché ouvert et là c´est le drame… « Ah ben non on peut pas vendre de l´alcool, ya le président qui vient aujourd´hui dans la ville » (tout ça avec la voix de Florence Foresti lorsqu´elle joue la blonde…), mais c´est un cauchemar cet endroit !!!! Ben oui il faut savoir que les latinos ne savent pas boire avec modération… uniquement avec leur copain Excès, alors quand le président vient ils interdisent l´alcool pour éviter les mecs bourrés dans les rues. Il ne faudrait surtout pas que le président se rende compte de ce qu´il se passe dans son pays… Bref, la soirée est donc consacrée à faire des recherches sur internet pour savoir où donc nous allons bouger demain car il est hors de question de rester ici. Après quelques heures passées sur google nous optons pour… les
Pantanos de Centla.

Nous avons passé une nuit horrible… il semble que le président se soit couché tôt et que monsieur Excès se soit invité au bar d´à côté toute la nuit… et puis il y a nos voisins les perroquets et les cochons d´indes qui ont cru bon de donner un petit concert ce matin à 5h… quel bonheur. Remballage en mode tête dans le c… et on se caaaaaaaaasssseeee. Courage, fuyons.

Le trajet est superbe, entre mer et mangrove, les vaches patauges dans l´eau, il y a des oiseaux partout…

A midi nous sommes dans le bus pour Frontera, une petite ville située à une douzaine de kilomètre du centre d´interprétation des Pantanos. Impossible de trouver quelque information sur un mode d´hébergement dans le Pantanos même… ici il semble que personne ne connaisse vraiment l´endroit et sur internet nous n´avions rien trouvé. Pour éviter de nous casser le nez sur des centres d´écotourisme louant des cabañas de luxe, nous allons passer la nuit ici et nous irons visiter demain. La tente nous manque de plus en plus… nous n´aurions pas ce problème si nous en avions une.

Nous nous installons dans l´hôtel le plus miteux de la ville… les hôtels bien et pas chers sont complets, reste les autres… nous privilégions le budget. Sur la devanture il est écrit « ma religion ne me permet pas de faire payer cher ». Et bien apparemment sa religion ne lui permet pas non plus de faire le ménage ou de traiter le lieu contre les cafards… nous avons rapidement de la visite. Heureusement nous on est équipé contre ces petites bêtes répugnantes ! Bref, l´hôtel Chichen Itza, à éviter si vous le pouvez ! La petite ville n´est pas désagréable pour autant. Une grande place, un petit marché prêt du port, une ambiance assez sympathique et un joli couché de soleil au son des nuées d´oiseaux. Une aigrette blanche assiste au spectacle avec nous.

Le lendemain matin nous partons tôt pour profiter de la réserve toute la matinée. Un petit tour en minibus et nous voici à l´entrée. Ici, il est possible de faire une promenade en barque comme nous l´avons fait à Celestun mais en beaucoup plus cher et avec un guide très compétent… Poupette demande « Quel type de faune est-il possible de voir ? »… le guide répond « Il y a beaucoup d´arbres »… parfait nous sommes totalement convaincus de ne pas aller faire un tour en bateau avec vous monsieur, ce fut un plaisir.

Aujourd´hui il y a un gouverneur qui vient visiter la réserve, un groupe de musique folklorique est là pour l´accueillir. Décidemment on suit malgré nous les évènements politiques du Mexique en ce moment.

Nous optons pour la visite de la « maison de l´eau », c´est un centre d´interprétation ambiante situé dans la réserve. C´est un musée vivant, on nous présente d´abord un petit film sur les zones protégées du Mexique puis une jeune guide nous accompagne dans les différentes salles pour nous montrer toutes les espèces que l´on peut rencontrer dans la zone. A l´extérieur elle nous présente aux iguanes et aux crocodiles qui sont juste à nos piedsJ. Il y a aussi une multitude de bébés crocos là juste en bas. Nous nous extasions devant cette rivière pleine de crocodiles pendant un bon moment puis elle nous remet une plaquette sur les oiseaux et une autre sur les arbres et plantes pour que nous partions faire un tour de la réserve et que nous puissions identifier ce que nous allons voir. La marche n´est que d´1km4 aller-retour mais elle nous permet d´observer une quantité incroyable d´oiseaux, des iguanes oranges et vertes…

En réalité tout est fait ici pour éduquer les enfants à l´environnement, il y a des jeux, des explications à leur portée, des airs d´observations… ce lieu est incroyablement bien organisé. Il y a aussi un mirador de 20m de haut qui permet de nous rendre compte de l´étendue de la réserve. Nous avons vraiment été enchantés par cette visite et bien sûr photographié le crocro sous toutes les coutures.

Nous aurions bien aimé trouvé un endroit pour y dormir… mais malheureusement les cabanes ne sont, comme nous le craignons, pas données. Il semble qu´il y ait des cabanes bon marché au village de Salsipuedes sur la route de Jonuta. A vérifier… mais nous n´avons malheureusement plus le temps pour ça, il nous reste moins de deux semaines maintenant avant de devoir rejoindre Mexico DF et encore beaucoup de chose que nous voulons voir ! Nous repartons dans la foulée pour Villahermosa qui, nous l´espérons, ne va pas nous décevoir comme Ciudad del Carmen.

Quelques infos :

Bus Ciudad del Carmen – Frontera : terminal seconda classe 68pesos.

Minibus toutes les heures direction Jonuta : 10pesos. Demander à descendre à la reserve.

Voici une petite carte des Pantanos de Centla que nous avons cherché désespérément sur internet… on ne sait jamais, ça pourrait servir.

Publicités
Catégories : Amerique centrale, Mexique | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Pantanos de Centla, mangrove et crocrodiles…

  1. marie jose jeannin

    le croco sous toutes les coutures…. ça me rappelle des choses qu’on trouve en France avec des anses… et des coutures aussi !

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :